Cercar en aquest blog

Compte enrere

31 de gen. 2020

Article by French MEPs Alfonsi, Bitteau and Rivasi — [29 JAN 2020]

Here is an English rendering of an article by three French MEPs in "Solidarity with the Catalan elected representatives in prison.
Click if need be to read the whole post
Original:
https://www.liberation.fr/amphtml/debats/2020/01/29/catalogne-solidarite-avec-les-elus-emprisonnes_1776004

Catalonia: solidarity with imprisoned elected officials 

By François Alfonsi, Benoît Bitteau and Michèle Rivasi, MEPs of the Group of the Greens / European Free Alliance (EFA),- January 29, 2020 at 5:04 pm

Speaking of the “authoritarian drift” of the Spanish state, several Greens-EFA MEPs express their support for the Catalan elected representatives who, they claim, suffer injustice and discrimination.

Tribune. Our fellow MEP Oriol Junqueras was elected last May, with over a million votes, as an MEP. His election, contested by the Spanish authorities, was confirmed by a decision of the judges of the Court of Justice of the European Union [1]. Yet he languishes in prison with eight colleagues - six men and two women - democratically elected like him by the Catalan people.

Their sentences range from nine to thirteen years in prison, terms reserved for very serious criminal acts anywhere in Europe, even though they committed no violence or embezzlement. Imprisoned separately in the country's two women's prisons, Carme Forcadell and Dolors Bassa suffer conditions of detention which are even harsher because they are isolated in their respective prisons.

We visited these detainees in their prisons on January 23 and 24. It was highly moving for the three of us to share a moment of solidarity with elected offici als who are facing the worst political repression that exists right now in Europe. Beyond the affront to democracy represented by the disproportionate prison sentences inflicted on eminently respectable politicians, we have to report on the alarming observations that we have made, on the way in which the Spanish state has thrown a lead blanket over the whole of Catalan society.


“Lifelong precariousness”


We met with administrative officials of different levels, who were involved through their professional functions in the organization of the October 1, 2017 referendum. One of them, for example, is the director of the television channel TV3, the most watched in Catalonia, which broadcast before the referendum television spots ordered by the Generalitat, its supervisory body, for a sum amount of ting to about €700,000 euros. He was ordered to pay a fine of the same amount, which condemned him and his family to "lifelong precauriousness".

The same can be said of the Generalitat official who was at the helm of "Diplocat", an organization responsible for disseminating the action of the Generalitat and therefore of the self-determination process decided by the majority elected in 2017. He is being expected to pay millions of euros! Many mayors are being prosecuted and threatened with similar sentences for having opened, and made available to the organization of the referendum, public premises which served as polling stations. The cases presented to us are multiple, and each more shocking than the one before. It is the whole of a society, 7.5 million Europeans of Catalan nationality, that is being attempted to be stifled methodically by sheltering behind the pretext of "non-interference in the internal affairs of a state". Exactly as we regularly denounce, in Hungary for example.

The responsibility for this scandalous state of affairs does not lie mainly with the political leaders of Spain, and even less with the still-new Pedro Sanchez-Pablo Iglesias government, that emerged from the last gedneral election, and that is committed to opening a "negotiating table" on the future of Catalonia.

They are, as were the governments which preceded them, regardless of their tendencies, under the pressure of "the Spanish deep state" in which the judiciary plays an essential role. Forty years ago, the Iberian Peninsula suffered two dictatorships of sinister memory, the Franco and Salazar régimes. While Portugal has been able to free itself completely from that past, such is not the case of Spain, where the legacy of the Franco period remains very strong, as we can see, for ourselves, on the right-most benches in our European Parliament.


Europe as a counter- power


The only real counter-power to this largely hidden power is Europe, as the decision of the Court of Justice of the European Union, which quashed the decisions of the Spanish Supreme Court[2,3], vividly showed. Since then our colleagues Carles Puigdemont and Toni Comìn sit amongst us, and Clara Ponsatì will join them shortly. But Oriol Junqueras was not released as the CJEU expressly called for, and, worse still, we witnessed the scandal of a President of the European Parliament yielding to the injunctions of the jurisdiction of a member state, when he is bound by a decision of the Court of Justice of the European Union, and he is primarily responsible for it to be applied.

All the facts that we have observed, and the succession of democratic dysfunctions that have occurred with regard to Catalonia, including the Presidency of the European Parliament, lead us to sound an alarm. In many European countries, including France, the far right is at the threshold of power. How will we defend the democratic forces of these countries if they find themselves in the grip of an authoritarian drift similar to that which prevails in Spain? Tomorrow the debate on the request for the waiver of the parliamentary immunity of our Catalan colleagues will take place under even more pressure from the Spanish State establishment. If we give in to them, what will happen to us if we ever face perverted State authorities?

Spanish democratic forces are blinded by the symbolic stakes of the conflict with Catalonia, as have been other democratic forces in other States in the history of Europe. As Frenchmen, we remember the excesses that occurred during the Algerian conflict at the very beginning of the construction of Europe.

For all the defenders of democracy in Europe, it would be a serious irresponsibility to turn a blind eye to what is happening in Catalonia for the benefit of a game of power and alliances in which Spanish political forces "hysterized" by the Catalan issue are playing.

It would be so for Catalonia, and for Spain as a whole, and also for Europe, because this is a foretaste of very difficult times in the near future, in view of the political developments which we will probably have to cope with in certain Member States. The only wise decision that we can take as MEPs today, following in this way the path traced by the judges of the Court of Justice of the European Union, is to stand in solidarity with our Catalan colleagues in the face of the injustices and discriminations they are enduring. Among the victims of the authoritarian drift of the Spanish state, members of our Greens-EFA group are paying the heaviest price. We are directly involved.

...ooo000ooo...

Texte originel:

Catalogne : solidarité avec les élus emprisonnés

Par des députés européens, Groupe des Verts/Alliance libre européenne, François Alfonsi, Benoît Bitteau et Michèle Rivasi — 29 janvier 2020 à 17:04

Parlant de «dérive autoritaire» de l'Etat espagnol, des députés européens Verts-ALE expriment leur soutien aux élus catalans qui subissent selon eux injustices et discriminations.

Tribune. Notre collègue député européen Oriol Junqueras a été élu en mai dernier, avec plus d’un million de voix, parlementaire européen. Son élection, contestée par les autorités espagnoles, a été confirmée par une décision des juges de la Cour de justice de l’Union européenne[1]. Pourtant il croupit en prison avec huit compagnons – six hommes et deux femmes – comme lui élu·e·s démocratiques du peuple catalan.

Leurs condamnations vont de neuf à treize ans de prison, des durées réservées à des faits criminels très graves n’importe où en Europe, alors même qu’il n’ont commis ni violence ni détournement de fonds. Emprisonnées séparément dans les deux prisons pour femmes du pays, Carme Forcadell et Dolors Bassa subissent des conditions de détention qui sont encore plus dures car elles sont isolées dans leurs prisons respectives.

Nous avons rendu visite à ces détenus dans leurs prisons les 23 et 24 janvier derniers. L’émotion a été grande, pour nous trois, de partager un instant de solidarité avec des élus qui font face à la pire répression politique qui existe à ce jour en Europe. Au-delà de l’affront à la démocratie que représentent les peines de prison démesurées infligées à des responsables politiques éminemment respectables, nous devons rendre compte des observations effarantes que nous avons faites sur la façon dont l’Etat espagnol a jeté une chape de plomb sur toute la société catalane.

Une «précarité à vie»

Nous avons rencontré des responsables administratifs de différents niveaux, qui ont été impliqués de par leurs fonctions professionnelles dans l’organisation du référendum du 1er octobre 2017. L’un d’entre eux, par exemple, est le directeur de la chaîne de télévision TV3, la plus regardée en Catalogne, qui a diffusé avant le référendum des spots télévisés commandés par la Generalitat, son organisme de tutelle, pour un montant total de quelque 700 000 euros. Il est condamné à verser une amende du même montant, ce qui le condamne, lui et sa famille, à une «précarité à vie».

Idem pour le fonctionnaire de la Generalitat qui était responsable de «Diplocat», un organisme chargé de faire connaître à l’extérieur l’action de la Generalitat et donc la démarche d’autodétermination décidée par la majorité élue en 2017. On lui réclame des millions d’euros ! De nombreux maires sont poursuivis et menacés de peines équivalentes pour avoir ouvert et mis à disposition de l’organisation du référendum des locaux publics qui ont servi de salles de votes. Les cas qui nous ont été présentés sont multiples, et plus choquants les uns que les autres. C’est toute une société, 7,5 millions d’Européens de nationalité catalane, que l’on veut étouffer méthodiquement en s’abritant derrière le prétexte de «non-ingérence dans les affaires intérieures d’un Etat». Exactement comme nous le dénonçons régulièrement, en Hongrie par exemple.

La responsabilité de cet état de fait scandaleux n’incombe pas principalement aux dirigeants politiques de l’Espagne, et encore moins au tout nouveau gouvernement Pedro Sanchez-Pablo Iglesias, qui est issu des dernières élections législatives, et qui s’est engagé à ouvrir une «table de négociation» sur l’avenir de la Catalogne.

Ils sont, comme l’ont été les gouvernements qui les ont précédés, toutes tendances confondues, sous la pression de «l’Etat profond espagnol» où l’appareil judiciaire joue un rôle essentiel. Il y a quarante ans, la péninsule ibérique subissait deux dictatures de sinistre mémoire, le franquisme et le salazarisme. Si le Portugal a su se libérer totalement de ce passé, tel n’est pas le cas de l’Espagne où l’héritage de la période franquiste reste très fort, comme nous pouvons le constater, par nous-mêmes, sur les bancs les plus à droite de notre Parlement européen.

L’Europe en contre-pouvoir

Le seul contre-pouvoir réel à ce pouvoir en grande partie occulte est l’Europe, comme l’a montré avec force la décision de la Cour de justice de l’Union européenne, qui a sanctionné les décisions de la Cour suprême espagnole. Depuis nos collègues Carles Puigdemont et Toni Comìn siègent parmi nous, et Clara Ponsatì va les rejoindre incessamment. Mais Oriol Junqueras n’a pas été libéré, comme la CJUE le demandait expressément, et, pire, on a assisté au scandale d’un Président du Parlement européen cédant aux injonctions de la juridiction d’un Etat-membre alors qu’il est tenu par une décision de la Cour de justice de l’Union européenne, et qu’il est le premier responsable de son application.

L’ensemble des faits que nous avons observés, et la succession des dysfonctionnements démocratiques qui sont intervenus à propos de la Catalogne, y compris à la Présidence du Parlement européen, nous amènent à tirer une sonnette d’alarme. Dans de nombreux pays d’Europe, France y compris, l’extrême droite est aux portes du pouvoir. Comment défendrons-nous les forces démocratiques de ces pays si elles se trouvent aux prises avec une dérive autoritaire semblable à celle qui a cours en Espagne ? Demain le débat sur la demande de levée de l’immunité parlementaire de nos collègues catalans va se dérouler sous une pression encore redoublée de la part de l’establishment étatique espagnol. Si nous cédons pour eux, qu’en sera-t-il pour nous-mêmes si nous sommes confrontés un jour à des autorités étatiques perverties ?

Les forces démocratiques espagnoles sont aveuglées par les enjeux symboliques du conflit avec la Catalogne, comme l’ont été d’autres forces démocratiques dans d’autres Etats dans l’histoire de l’Europe. En tant que Français, nous nous souvenons des dérives survenues lors du conflit algérien au tout début de la construction européenne.

Pour tous les défenseurs de la démocratie en Europe, ce serait une grave responsabilité de fermer les yeux sur ce qui se passe en Catalogne au bénéfice d’un jeu de pouvoir et d’alliances auquel participent des forces politiques espagnoles «hystérisées» par la question catalane.

Ce le serait pour la Catalogne, comme pour l’Espagne dans son ensemble, et aussi pour l’Europe, car cela nous annonce, au vu des évolutions politiques que nous devrons probablement affronter dans certains Etats-membres, des lendemains très difficiles. La seule décision sage que l’on peut prendre en tant que députés européens aujourd’hui, en suivant en cela le chemin tracé par les juges de la Cour de justice de l’Union européenne, est de nous porter solidaires de nos collègues catalans face aux injustices et aux discriminations qu’ils subissent. Parmi les victimes de la dérive autoritaire de l’Etat espagnol, des membres de notre groupe VERTS-ALE payent le plus lourd tribut. Nous sommes directement concernés.

Par des députés européens, Groupe des Verts/Alliance libre européenne François Alfonsi, Benoît Bitteau et Michèle Rivasi

[1] = https://www.liberation.fr/planete/2019/12/19/la-justice-europeenne-au-secours-des-eurodeputes-catalans_1770188  

[2] = Request for Preliminary ruling ("Cuestión prejudicial") by Spanish Supreme Court (1 JUL 2019): http://curia.europa.eu/juris/document/document.jsf?docid=218430&mode=req&pageIndex=1&dir=&occ=first&part=1&text=&doclang=ES&cid=9101545

[3] = CJEU (19 DEC 2019) = http://curia.europa.eu/juris/document/document.jsf?text&docid=221795&pageIndex=0&doclang=ES&mode=req&dir&occ=first&part=1&cid=8897658

...ooo000ooo...
Twitter

...ooo000ooo...

Voire aussi:
14 OCT 2019
Catalogne : un verdict inadmissible
EELV | Europe Écologie
https://europeecologie.eu/catalogne-un-verdict-inadmissible







Cap comentari:

Publica un comentari