Cercar en aquest blog

26 d’oct. 2015

Un état

Au lendemain de la mise en examen du président de la Generalitat de Catalogne, Artur Mas, par la Cour supérieure de justice de Catalogne, Gabriel Rufián, membre de l'association Súmate (Joins-t'y)1 a publié cet article dans la section Feuille de route [du processus d'indépendance de la Catalogne] du quotidien catalan El Punt Avui (http://www.elpuntavui.cat/opinio/article/8-articles/900727-un-estat.html) qui défend le président catalan et critique la réaction espagnole en la qualifiant de légaliste mais d'antidémocratique.


 


Un état


El Punt Avui  30/09/15 02h00 
Gabriel Rufián 
FULL DE RUTA «Un estat»

Un état protégeant Martín Villa bien qu'ayant signé des condamnations à mort2 et qui met en examen Artur Mas après avoir convoqué un référendum est un état méprisable. Un état qui poursuit les présidents élus qui ont mis des urnes en carton devant les personnes et qui protège les hiérarques franquistes qui ont mis des armes devant les personnes est un état misérable. Un état qui s'indigne face à des files de gens devant les urnes et qui se tait face à des files de gens devant des cantines sociales est un état canaille. Un état qui oblige un président catalan à déclarer pour s'être opposé à une décision antidémocratique - justement le jour du 75ème anniversaire de l'exécution d'un autre président qui s'était opposé à une dictature fasciste -3 est un état monstrueux. Un état qui use de tribunaux et de juges partiaux face à une aspiration politique est un état tricheur. Un état qui menace de prison des politiciens éloignés idéologiquement et qui libère des politiciens corrompus mais amis est un état injuste. Un état qui qualifie de « défi » ou de « menace » un mandat populaire exprimé dans les urnes est un état antidémocratique. Un état qui mobilise la plus grande campagne de la peur et de mensonges lors d'élections est un état vil. Un état qui ignore la clameur d'un peuple venant de la rue et qui respecte les yeux fermés les chantages venus de quelques bureaux est un état infâme. Un état qui invoque l'article 155 de la Constitution face aux urnes et qui ignore l'article 47 devant une éviction est un état indigne. Un état qui donne des réponses judiciaires à des questions politiques est un état sourd. Un état qui identifie les aspirations de liberté de centaines de milliers de citoyens à un seul parti ou un seul homme politique est un état aveugle. Un état où la gauche s'aligne sur la droite4 dans la menace contre des aspirations absolument démocratiques est un état dramatique. Un état qui 80 ans après5 est incapable de reconnaître et de respecter les différentes identités et cultures vivant ensemble sur son territoire est un état qui ne les mérite tout simplement pas. Un état qui au surlendemain de la victoire incontestable de l'indépendantisme lors des élections avec 2 000 000 de voix (soit 48%, sans compter l’ambiguïté de CSQEP)6 assigne à comparaître un de ses leaders est un état dont il faut s'autodéterminer. Et dans un état ainsi, croyez-moi, ce n'est pas l'indépendantisme qui a un problème.

Introduction, traduction et notes par Miquel-Àngel Sànchez i Fèrriz masferriz@masf.cat


ETIQUETES : mise en examen du président de Catalogne, légalité étatique contre légitimité démocratique


1 Note du Traducteur : Association de citoyens et d'organisations civiques et sociales hispanophones dont l'objectif est d'élargir le débat social et politique ouvert en Catalogne sur son avenir en tant que peuple et dont la devise est « Ce qui compte ce n'est pas l'origine mais la destination ».


2 NdT : Rodolfo Martín Villa a été ministre, notamment d'intérieur, sous Franco et après Franco.


3 NdT : le président Lluís Companys, élu démocratiquement, à été fusillé suite à son arrestation par la police allemande dans la France occupée puis sa remise aux autorités franquistes. L'Allemagne a demandé des excuses. La France aussi. Quant à l'Espagne, les Cortes ont promulgué une « loi de l'oubli » qui n'a pas condamné l'insurrection de Franco ni son régime et n'en a pas aboli les lois.


4 NdT : Allusion aux deux partis majoritaires au pouvoir : respectivement PSOE et PP.


5 NdT : Allusion à l'époque de la deuxième République espagnole à la veille de l'insurrection militaire contre le gouvernement légitime en place.



6 NdT : "Catalunya sí que es pot" (Catalogne c'est possible) coalition politique de gauche sociale qui a concouru aux élections catalanes du 27 septembre.

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada