Cercar en aquest blog

24 d’oct. 2015

Terrorisme d'état

Au lendemain de l'entrée en vigueur de la dernière loi1 adoptée par le gouvernement du Partido Popular avec l'objectif mal dissimulé de permettre la déchéance du président de la Catalogne afin de le priver d'exercer ses fonctions2 –– il est utile de rappeler cet article d'un lecteur du quotidien El Punt Avui (http://www.elpuntavui.cat/article/7-vista/23-lectorescriu/886387-terrorisme-destat.html) pour mettre en relief la politique de l'état espagnol à l'égard de la Catalogne.3
Terrorisme d'état
El Punt Avui  18/08/15 02h00 
Pere Manuel Giralt 
El Prat /Sant Just Desvern (Baix Llobregat 
Il y a beaucoup de sortes de terrorisme, autant que l'impossibilité de pouvoir les compter et les imaginer en même temps. La Catalogne subit aussi un terrorisme dissimulé, inimaginable et effronté par un état qui se protégeant derrière le mot démocratie est en train de laminer petit à petit les libertés d'un peuple qui essaye seulement de sauvegarder ce qui lui revient historiquement. Nous sommes en train de vivre une dictature avalisée par une majorité qui, en interprétant de façon intéressée la grande charte qu'ils n'avaient même pas votée,4 essayent ce que l'Espagne n'a pas réussi même au bout de trois siècles : l'holocauste de l'étouffement d'un peuple moyennant des lois, des décrets et des jugements en vue d’éradiquer notre langue, notre culture et nos libertés. Le processus de transition nationale est légitime, nécessaire et bien intelligible.5 Régénération nationale pour sauvegarder celle sociale. Sauvegarder la langue, la culture et tout ce qui concerne les traditions. Pouvoir administrer ce qui nous appartient et accélérer la si malmenée économie catalane.
Commentaire, traduction et notes par Miquel-Àngel Sànchez i Fèrriz masferriz@masf.cat

MOTS-CLÉ : déchéance du président de Catalogne, légalité étatique contre légitimité démocratique, terrorisme d'état

1 Note du Traducteur : Loi modifiant la loi de la Cour constitutionnelle espagnole en vue de l'exécution de ses résolutions en tant que garantie de l'état de droit (sic).

2 NdT : Pour mémoire, il faut rappeler que le président de la Generalitat de Catalogne, M. Artur Mas, a déjà été mis en examen par la Cour supérieure de justice de Catalogne suite à la plainte criminelle présentée par le représentant en Catalogne du procureur du roi sous le chef qu'il aurait permis un processus de participation citoyenne en vue de connaître l'opinion des Catalans sur le futur politique de leur pays.

3 NdT : Quant au pays Basque espagnol il suffit de rappeler que Arnaldo Otegi reste emprisonné malgré l'arrêt contraire de la Cour européenne des droits humains.

4 NdT : Lors du référendum sur la Constitution espagnole de 1978, le parti Alianza Popular - précédent du PP actuel - avait fait campagne contre et en effet y avait voté contre.


5 NdT : Tout le monde a pu suivre à la télé les grandes manifestations qui ont réuni des centaines de milliers de personnes d'abord en appui du Statut de Catalogne, puis du droit à décider des Catalans enfin carrément de l'indépendance : 10 juillet 2010 (un million et demi de personnes manifestent à Barcelone contre l’arrêt de la Cour constitutionnelle sur le Statut d'autonomie), 11 septembre 2012 (deux millions de personnes manifestent à Barcelone pour le droit à décider), 11 septembre 2013 (une chaîne humaine unit le nord des Pyrénées et le nord du Pays valencien), 11 septembre 2014 (un grand V [de voie, victoire, volonté de voter...] rassemble à Barcelone un million et demi de personnes) et 11 septembre 2015 (de nouveau quelque deux millions de personnes manifestent à Barcelone pour l'indépendance).    

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada